O F F I C I A L   W E B S I T E


B E C A U S E  –  Official Video from E.P. :
[ G L O B A L – S Y S T E M – E R R O R ] (Part One)

 


m o k r o ï é is a multidisciplinary artistic project created by Francesco Virgilio. It all began with the music. Then various featured artists were invited to participate, depending on the color of the project.
This particular project explores electronic music, poetry, spoken verse, song, photographs, video, and live performances. Everything is open. m o k r o ï é ‘s music is naturally so, yet tied to other art forms such as the visual arts, paintings, installations, cinema, theatre, and more.

The new project is entitled: ” G L O B A L – S Y S T E M – E R R O R”
The subtitle specifies the subject : [ man’s inability to refrain from war, and the crisis it ensues ].
The goal is to evoke a multitude of emotions drawn from these seemingly endless, reoccurring, catastrophic events. That have marked us, and desensitized many since what we deem the beginning of civilization. Even after time immemorial, still not offering us the tools to abstain from our folly. As if within the depths of the strands of our humanity, we are programmed to do so. Thus the themes are War and Refugees.

The idea began with the composing, the programming, and the layering of the instrumentals. It is not a coincidence to say the least, how seamlessly the vocals fit. Allonymous’s emotive, and dynamic voice of The Afrorockerz is quite at home here, and is featured on all four tracks. The hypnotic, full on electro versions are tempered with acoustic downtempo versions. Featuring the drumming of Dave Collingwood, who spent many years playing live and in studios around the world with such acts as Yann Tiersen, Neil Davidge (Massive Attack) and Gravenhurst, and who is also the founder of Collingwood’s Cymbals.

For the visual part, ( videos / artwork ) the goal was to not veer away from reality in a fictitious musing, but rather paint humanity in it’s stark light. The pain, and the irony of mankind’s suffering in the midst of madness. Not for shock values’ sake, but to show how we cope. An original view that adds to the credibility, and the profundity of this project.

It has been the desire of Francesco to conceptualize these ideas for quite some time. Having the opportunity to meet Sergey Ponomarev, and to see his award winning, poignant photographs, clearly brought these ideas closer to fruition. He knew Sergey’s photographs would be the keystone around which this project would gain ground.

Michael Guerraz is the editor and director of a lot of personal projects. He’s won several prizes in festivals all over the world. He’s edited and directed “Walking Skeleton” for m o k r o ï é, and is credited for the edit, and vfx works in collaboration with Francesco.

It is true what they say, a picture is worth a thousand words. It is with these words m o k r o ï é may now finally speak.

______

Si chez m o k r o ï é tout commence par la musique, le projet artistique imaginé par Francesco Virgilio est naturellement multidisciplinaire. Au gré de ses inspirations électro, il convie des musiciens ou artistes d’origines diverses selon la couleur du projet. Ce projet particulier est amené à marier chant, poésie, slam, photographie, vidéo, tout art visuel et performance live. m o k r o ï é a toujours été considéré par son créateur comme une matière vivante, une aventure spirituelle liée et ouverte à toutes les autres formes d’expressions artistiques (cinéma, spectacles, art contemporain, etc.).

Avec « GLOBAL – SYSTEM – ERROR », le nouveau chapitre de m o k r o ï é , Francesco Virgilio a voulu explorer le penchant atavique du monde pour son autodestruction. Le sous-titre du projet est d’ailleurs explicite :
[ l’incapacité de l’homme à éviter la guerre et les crises qui en découlent ].

Le but est précis et ambitieux : parvenir à figurer et à faire vivre les multiples émotions nées de ces événements catastrophiques récurrents et visiblement sans fin, notamment au travers des thèmes de la guerre et des réfugiés. Toutes ces tragédies qui jalonnent l’histoire de notre civilisation depuis ses origines nous ont profondément marqué ; mais à force de répétition, il semblerait qu’elles nous aient également désensibilisés. Comment comprendre, comment admettre qu’après des siècles de folie barbare l’homme ne soit toujours pas parvenu à imaginer les outils qui lui permettraient d’éviter les guerres et les génocides, de se réfugier sans cesse dans ces haines sans espoir ? C’est comme si depuis la nuit des temps et au plus profond de l’Homme, germaient inlassablement les graines cette folie destructrice.

Comme toujours chez Francesco tout nait avec la composition, la programmation et le travail sur les textures et rythmiques. Pour la partie vocale, il n’est pas surprenant de retrouver sur les 4 titres de ce nouvel EP l’intensité émotionnelle d’Allonymous, tant la voix dynamique du chanteur d’Afrorockerz est à l’aise dans ces contrées torturées et violentes. La forte dimension hypnotique des morceaux est ici contrebalancée et mise en perspective par des versions acoustiques downtempo où s’illustre avec élégance la batterie de Dave Collingwood, musicien internationalement reconnu : Yann Tiersen, Gravenhurst, Neil Davidge (Massive Attack), et fondateur de Collingwood’s Cymbals.

Pour la partie visuelle (vidéo, illustrations), l’idée était de ne pas refuser la confrontation avec la réalité en partant dans une rêverie fictive mais plutôt de peindre l’humanité dans sa lumière crue, l’ironie de sa souffrance, là, en plein milieu de sa propre folie. Non pour le plaisir de choquer mais simplement par désir de lucidité et de réalisme, pour tenter de voir comment se débrouiller face à tout cela. Une vision et une expression originales qui ajoutent à la crédibilité et à la profondeur de ce projet.

Cela faisait très longtemps que Francesco voulait concrétiser ces idées avec de telles images. Ayant eu la chance de pouvoir rencontrer Sergey Ponomarev, il a eu envie de collaborer avec ce photographe poignant, lauréat de nombreux prix à travers le monde, pour incarner encore un peu plus ces idées, les rendre plus tangibles. Il savait que la vision singulière de Sergey serait la clé de voute qui permettrait à ce projet de s’ancrer un peu plus dans nos vies et dans nos âmes.

Michael Guerraz, monteur et réalisateur de nombreux projets personnels, ayant reçu de nombreux prix dans des festivals internationaux, également réalisateur du clip « Walking Skeleton » pour m o k r o ï é, a réalisé le montage et les effets du clip vidéo en étroite collaboration avec Francesco.

On dit souvent qu’une image vaut mille mots, et c’est avec ces mots profonds et forts que m o k r o ï é veut maintenant s’exprimer.


Some words, pending the release …

Because countries


Music video “once locked”


Article from :

POP, CULTURE & CIES

” Chez mokroïé tout est en trompe-l’œil, leurres, fausse pistes et le scénario réserve souvent des surprises. … ”